HISTOIRE

1947

L’histoire de la Sté CIREX telle qu’elle existe aujourd’hui démarre en 1947. Dans le laboratoire Philips de physique à Eindhoven, un procédé expérimental de fonderie à la cire perdue est mis au point. Aux USA, la fonderie basée sur un modèle en cire ( procédés de fusion et moulage à cire perdue) est à l’époque totalement d’actualité car jugée très intéressante pour les pièces métalliques complexes destinées entre autre à l’aviation. 

1952

Démarrage d’un fonderie à cire perdue hors des laboratoires. Le procédé est repris par les usines de de la société des machines Philips. 

1961

En plus de la fonderie à cire perdue, il y a également une fonderie par sable, la Twentsche Ijzergieterij pour de pièces en fonte. Cette fonderie fait déjà partie de la société des machines Philips. Néanmmoins, cette dernière est ancienne et doit impérativement être modernisée. 

1962

La fonderie à cire perdue est relocalisée dans les locaux de la fonderie Twentsche IJzergieterij. Les livraisons des premières chambres de combustion, également appelées “groin de cochon” à la société allemande Hanomag-Henschel démarrent. 

1963

La fonderie à cire perdue CIREX est crée à Almelo (NL) par la fusion des 3 companies: Twentsche IJzergieterij (à Borne), Wasmodelgieterij Werkspoor (à Amsterdam) and Wasmodelgieterij Philips (à Eindhoven).

1964

Démarrage de la production de la société CIREX à Almelo comme fonderie de pièces en fonte et acier par cire perdue.

1967

4% du CA est réalisé avec l’industrie automobile. Les premières livraisons de chambre de combustion pour Volkswagen interviennent. En dépit du succès rencontré, les résultats financiers sont décevants du fait des pertes enregistrées par la fonderie par sable, et une réorganisation drastique intervient alors. L’investisseur “Werkspoor” se retire, laissant Philips comme unique investisseur. Le personnel vient essentiellement de Philips. De plus, la fonderie de pièces en fonte est arrêtée et l’accent est mis sur la fonderie par cire perdue.

1968

“Werkspoor” fint de vendre la totalité de ses parts à Philips pour “un euro symbolique”. En plus des commandes pour le groupe Philips, CIREX travaille de plus en plus pour des tiers. 

1977

10% du CA est réalisé avec l’industrie automobile. Le CA a triplé depuis 1967.

1987

Philips se désinvestit et “Hoogovens” reprend la société. Un investissement est réalisé dans des installations de fonderie de grandes tailles. Une nouvelle fois le CA est triplé en 10 ans et la part réalisé auprès de l’industrie automobile passe à 30%. CIREX est le 2nd fournisseur en chambre de combustion pour Volkswagen.

1990

CIREX subit un incendie majeur qui détruit la moitié de la production. Grâce notamment à l’investissement du personnel, les clients de CIREX n’ont eu que peu à supporter cet important incident. La production a redémarré seulement 3 semaines plus tard!

1991

Le CA réalisé dans le secteur automobile atteint maintenant 60% du total alors que CIREX fournit des composants à General Motors, BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen. Pour ce dernier, CIREX est maintenant devenu le principal fournisseur pour cette famille de composants (classé “fournisseur maison”).

1992

L’organisation de CIREX évolue pour palier à une chûte sensible du CA. Pour augementer celui-ci, la décision est prise de mettre plus clairement le cap sur l’automobile. Au cours de cette même année, en République Tchèque, un partenariat capitalistique (Joint Venture) avec le fabriquant tchèque de poids lourds TATRA est établi sous le nom de TATRAREX. Il en résulte une nouvelle fonderie à cire perdue avec 30% du capital pour TATRA et 70% pour CIREX. 

2000

CIREX et TATRAREX (220 employés au total) sont vendus tout deux au fond d’investissement Nimbus et au Groupe Gietburg. Un changement de stratégie s’en suit: CIREX se spécialise dans la production de masse et TATRAREX dans les plus petites séries. 

2000

Démarrage d’un investissement important sur le long terme pour la production de masse avec l’installation d’un premier robot dans le département des modèles en cire. 

2001

CIREX prend les 30% restants dans TATRAREX et le nom de l’usine en République Tchèque devient CIREX CZ.

2003

CIREX CZ quitte les batiments des usines TATRA et est relocalisé dans un nouveau batiment de la zone ndustrielle de Koprivnice. De ce fait et part le biais de nouveaux investissements en moyens de production, la capacité de CIREX CZ augmente d’environ 50%. 

2008

Démarrage de la construction d’une nouvelle halle à Almelo avec une unité de fonderie totalement robotisée. Cet investissement augmente d’environ 50% la capacité de production en ligne avec la capacité plus importante du département de design et développement.

2010

Démarrage d’une nouvelle halle de production de CIREX en République Tchèque dédiée à l’usinage et la finition. Des bruts venant d’Almelo (NL) et de l’unité de fonderie locale sont traités par projection de billes (shot blasting), ou sablés et subissent un usinage de finition (parachèvement) si nécessaire. 

2013

Le fond d’investissement Nimbus et le groupe Gietburg revendent CIREX aux fonds d’investissements Convent Capital et Nedvest Capital ainsi qu’au management. 

2015

Début de la construction du nouveau département des céramiques. En remplacement et agrandissement du précédent département des procédés de dépose des céramiques, une ligne totalement automatisée et flexible est installée. 

2017

Du fait des augmentations de capacité en fonderie réalisées ces dernières années, CIREX peut absorber le surplus de demande en pièces de fonderie de précision. Mais pour augmenter encore la capacité en finition & contrôle, une nouvelle usine est lancée en Slovaquie. Fin 2017, cette entité CIREX Finishing SK à Stara Ubovna emploie déjà plus de 40 personnes. 

2018

CIREX est nominé au “Koning Willem l’-Prize”, un prix hollandais pour l’industrie et le business  attribué tous les deux ans depuis 1958. 

2019

CIREX est repris par SIGNICAST, une société du groupe Form Technologies, actif dans la mise en forme de pièces industrielles.  Ce groupe produit en très grandes quantités des pièces de précision en métal au travers de ses marques DYNACAST (procédé de fonderie sous pression), SIGNICAST (fonderie par cire perdue), et OptiMIM ( fonderie par métal injecté). Grace à cette acquisition, la continuité de croissance de CIREX ces dernières années est également assurée pour le futur.